Menu

La crosse... un sport violent?

Updated Saturday April 5, 2014 by Association Regionale de Crosse de Laval.

Malgré un travail énorme et des interventions incessantes la crosse a encore un problème d'image liée a sa violence. Il n'y a pas un citoyen qui lorsqu'on lui parle de la crosse ne dit pas... "Ça c'est un sport violent". Et pourtant, et pourtant, la réalité est toute autre. En tenant compte des centaines de matchs qui sont disputés chaque année les taux de blessures en crosse sont insignifiantes, les réclamations auprès des compagnies d'assurance sont ridicules voire inexistantes. Et pourtant... "Ça c'est un sport violent"...

Certes certains écarts, dans un sport aérien, semblent innaceptable (ou dangeureux) mais leur conséquences sont mineures à comparer au discours qui est tenu face au sport lui-même..."Ça c'est un sport violent"...

Les intervenants de la crosse, en manque de moyens pour le faire, n'ont pas réussi à faire comprendre que la crosse n'était pas "un sport de surface" mais "un sport aérien" dans lequel les équipements protecteurs étaient nettememt suffisants pour protéger les athtlètes. Les intervenants en manque de moyens pour le faire, n'ont pas réussi à éduquer le public au fait que la crosse n'est pas un sport de "full contact" mais plutôt un sport d'habiletés dans lequel un certain contact, strictement defini et légal, était requis pour freiner les progrès de l'adversaire.

Cet éternel combat contre la mauvaise réputation de la crosse semble un combat perdu qui épuise trop d'intervenants et qui affecte la capacité du sport à prendre une expension signifiante dans les milieux civil et scolaire.

La crosse n'est pas un sport violent mais est encore aux prises avec la réputation contraire. Le vieux démon est toujours cornu.

Pierre Filion - Directeur technique de la FCQ

Extrait du rapport annuel de la Fédération de crosse du Québec présenté lors de l'assemblée générale annuelle - 21 avril 2011